Les secteurs d’activité qui recrutent, qui et combien ?

Comme chaque année, nous brossons le tableau des secteurs d’activité qui recrutent au Luxembourg, des profils recherchés et des grilles de rémunération selon l’expérience et les compétences du candidat.
Dans cette dernière étude de rémunération 2021 effectuée par le Cabinet Hays Recrutement, l’impact du Covid19 est prégnant.

La nouvelle donne à l’embauche

Depuis mars 2020, le marché du travail luxembourgeois a évolué du fait de la pandémie liée au Covid. Pour protéger la santé de leurs employés, les entreprises ont du s’adapter au contexte sanitaire pour protéger 

Elles ont du relever de nombreux challenges pour conserver leurs profits et assurer la continuité de leur développement.

Un nouvel environnement de travail

Les entreprises ont du, en un temps record et dans un contexte incertain, intégrer de nouvelles méthodes de travail avec le télétravail et la gestion d’équipes disséminées. Elles ont du modifier leurs procédures par l’acquisition de  nouveaux outils informatiques. En parallèle, elles ont du modifier les canaux de vente et développer les ventes en ligne. Ce nouvel environnement de travail s’est traduit différemment selon les secteurs et les entreprises.

Près de 70% des entreprises ont poursuivi leur recrutement, dont près de la moitié en Contrat à Durée Indéterminée. Ce sont principalement les secteurs de l’IT et des télécoms, les services financiers (banque/assurance), la comptabilité qui ont été les plus actifs dans ce domaine.

Par ailleurs, la rémunération est restée stable dans près de 90% des cas. Les augmentations enregistrées sont restées assez faibles, entre 2,5 et 5% maximum.

La flexibilité, un critère majeur dans la recherche d’emploi

Suite à ce contexte sanitaire jamais vu, le travail à distance s’est fortement développé.

La flexibilité est aujourd’hui plébiscitée par les salariés. Concrètement, le télétravail s’est développé et fait partie de l’environnement de travail.

Les possibilités de télétravail sont abordées par les candidats à l’embauche dès le premier entretien. Le télétravail représente aujourd’hui un avantage en nature important.

Les métiers et les compétences recherchées

Les métiers en pleine croissance

Les secteurs de l’Horeca, les fonds d’investissement, la construction, la livraison à domicile, la réglementation financière sont des secteurs qui se renforcent. Les métiers informatiques et le management de projet ont également le vent en poupe.

D’autres métiers liés à la revalorisation des matières premières, les architectes cloud ou encore les baristas se développent pour suivre les nouvelles tendances environnementales, techonologiques ou encore sociétales.

Les métiers en pénurie

On note parallèlement une forte pénurie dans les métiers d’artisanat (boucher, éléctricien,…) ou encore dans les métiers où une forte qualification est demandée.

C’est notamment le cas des informaticiens et des juristes.

Les compétences fortement valorisées

Les compétences spécifiques comme la maîtrise des langues sont fortement valorisées au Luxembourg, compte tenu du particularisme linguistique du pays.

de même que les compétences transversales comme la gestion, les compétences digitales ou personnelles.

Les secteurs qui recrutent : qui et combien ?

Secteur de l’architecture, bureaux d’études, bâtiment et travaux publics

Le secteur de la construction est un secteur très actif et dynamique au Luxembourg.

Il suffit de lever les yeux pour constater le nombre impressionnant de grues et de chantiers le long des routes, dans les différents quartiers de la Ville de Luxembourg ou dans le reste du pays. Le sud du pays se lance dans des projets d’envergure inspirés de la zone de Belval afin de redynamiser cette zone et mixer harmonieusement logements, bureaux et commerce.

Les projets d’infrastructures sont également nombreux pour adapter les moyens de transport à la croissance de la population. Le secteur du Génie électrique et climatique est également pourvoyeur d’offres et attire des jeunes diplômés des pays voisins.

Parmi les Chefs de projet, les profils bilingues français-allemand, voire trilingues avec le luxembourgeois, sont très recherchés. Les profils expérimentés sont les plus demandés.

Toutefois, un manque de ressources donne la part belle aux candidats, avec une surenchère des salaires. Une nouvelle fonction transverse émerge, le Building Information Modeling ou Management en vue de faciliter des projets de construction.

Architecture

Les fourchettes de salaires dans le domaine de l’architecture varient entre 30.000 et 110.000 euros bruts annuels

  • dessinateur : 30.000 euros pour un dessinateur sans expérience à 60.000 euros au delà de 8 ans d’expérience,
  • architecture d’intérieur : 31.000 à 48.000 euros selon expérience
  • urbaniste : 33.0000 à 63.000 euros selon niveau d’expérience
  • architecte  : 33.000 à 67.000 euros
  • chef de projet expérimenté : jusqu’à 70.000 euros
  • responsable d’Agence expérimenté : jusqu’à 110.000 euros annuels

Bâtiment

Dans le bâtiment, les salaires varient de 28.000 euros à 100.000 euros et plus 

  • Chef de chantier moins de 3 ans d’expérience : 28.000 euros
  • Conducteur de travaux : de 35.0000 à 65.000 euros
  • Ingénieurs  / Chef de projets : de 50.000 à plus de 75.000 euros selon l’expérience
  • Responsable d’exploitation : de 90.000 à plus de 150.000 euros
  • Chargé d’affaires en Génie électrique ou climatique : de 32.000 à 73.000 euros
  • Directeurs de travaux expérimentés : plus de 100.000 euros annuels, 95.000 euros maximum pour des travaux d’intérieur.

Secteur de la finance et de la comptabilité d’entreprise

Depuis 2016, le secteur de la finance et de la comptabilité a le vent en poupe au Luxembourg. Malgré la crise sanitaire, ce secteur a continué à recruter. Les restrictions financières ont incité à recruter du personnel opérationnel rapidement.

La tendance est à l’internalisation des processus financiers et comptables. De plus, les entreprises semblent vouloir anticiper les futurs départs en retraite d’ici 2 ou 3 ans. De véritables plans de carrière sont proposés aux professionnels du secteur. Des postes de référents voient le jour pour encadrer des équipes juniors.

En revanche dans ce secteur, les rémunérations ont faiblement augmenté. Les entreprises privilégient d’autres formes de rémunérations comme les packages sociaux, type mutuelle ou plans de pension, ou encore les tickets restaurants et les voitures de fonction.

Salaires de 30.000 à plus de 120.000 euros dans le secteur de la finance et de la comptabilité

Fonctions d’encadrement

  • Credit manager : à partir de 53.000 euros annuels pour les profils de moins de 3 ans d’expérience, 83.000 euros pour un profil expérimenté
  • Chef comptable : de 55.000 euros à plus de 99.000 euros
  • Directeur comptable  : de 68.000 euros à 105.000 euros pour un responsable administratif et financier
  • Directeur financier : 125.000 euros et plus

Fonctions opérationnelles

  • comptable : de 30.000 à 50.000 euros annuels
  • contrôleur de gestion : de 45.000 à 105.000 euros
  • contrôleur financier : de 55.000 à 116.000 euros
  • auditeurs : à partir de 37.000 euros

Services financiers, banque, assurance

Le Luxembourg est leader dans le domaine des fonds d’investissement et premier centre d’investissement au sein de l’Union Européenne. De fait, il continue à attirer les grandes institutions financières internationales.

Avec plus de 50.000 emplois, le secteur recrute de plus en plus de métiers opérationnels, notamment en private equity et en immobilier.

Les métiers de compliance et de risque sont également en croissance.

Les profils bilingues français/anglais sont très recherchés. Les opportunités d’emploi restent nombreuses.

Salaires de 35.000 à plus de 100.000 euros dans les services financiers, banque et assurance

  • Métiers opérationnels : salaires de 38.000 à plus de 100.000 euros
  • Compliance : 40 à plus de 100.000 euros attendus selon l’expertise
  • Métiers de risque de 35 à 100.000 euros voire plus.

Secteur informatique et télécoms

Le secteur se stabilise après une forte croissance au Luxembourg, du fait de la relocalisation des services IT au Grand-Duché et des investissements réalisés par le gouvernement dans ce domaine.

Néanmoins, les Fintechs sont toujours porteuses d’emploi et les perspectives sont bonnes pour les employés qui restent. Le contexte sanitaire a déployé de nouvelles perspectives et de nouveaux projets.

Salaires de 32.000 à 120.000 euros et plus dans le domaine de l’informatique et des télécoms

Programmation

  • ingénieur test débutant : à partir de 35.000 euros annuels
  • architecte logiciel ou chef de projet fonctionnel confirmé : à partir 120.000 euros

Infrastructure et sécurité

  • service d’assistance technique : de 32.000 à 60.000 euros selon le niveau d’expérience
  • administrateur systèmes et réseaux : de 38 .000 à 75.000 euros
  • ingénieur systèmes et réseaux : de 40 à 80.000 euros.

Business Intelligence et ERP

  • data scientist confirmé : de 35.000 euros en fourchette basse à 100.000 euros

Management

  • project manager IT : de 45.000 à 100.000 euros et plus en profil expérimenté
  • directeur informatique confirmé : entre 120 et 250.000 annuels.

Secteur de l’industrie

Le secteur continue d’investir au Luxembourg avec la création de nouvelles unités de production et l’optimisation des usines existantes.

Les profils techniques, qualifiés et opérationnels restent recherchés avec une forte demande sur les ingénieurs process, méthodes et conception.

Les salaires restent relativement stables, hors les profils en pénurie comme les Ingénieurs et les Techniciens en automatisme. Les profils trilingues sont recherchés, allemand, anglais, français.

Salaires entre 30.000 et 170.000 euros annuels

  • directeur de site industriel expérimenté jusqu’à 140.000 euros annuels de rémunération, voire 170.000 euros dans l’industrie des produits finis ou de grande série.
  • responsable qualité jusqu’à 90.000 / 110.000 euros de rémunération pour un profil expérimenté
  • ingénieur R&D : de 35.000 euros à 70.000 euros pour un profil expérimenté, voire 110.000 euros pour un responsable R&D
  • responsable de production : de 35.000 euros pour un débutant à 120.000 euros en expérimenté sur des gros sites de production
  • technicien de maintenance : de 30.000 à 50.000 euros.

Ressources Humaines

La fonction RH a fortement évolué avec la pandémie. Les entreprises recherchent des profils capables d’accompagner les profondes mutations de l’entreprise.

Déjà confronté précédement à la digitalisation, le secteur doit aujourd’hui gérer le télétravail tout en mintenant la cohésion des équipes et l’esprit d’entreprise. Les challenges sont nombreux et les entreprises recherchent des profils expérimentés, capables de faire évoluer les process et poursuivre le maintien des activités.

Les équipes RH doivent maitriser les outils digitaux et assurer une présence de chaque instant auprès du personnel. L’externalisation du recrutement est en tendance forte.

Salaires de 30.000 à plus de 130.000 euros annuels

  • Assistant RH : de 30.000 à 52.000 euros annuels
  • Gestionnaire RH : de 37.000 à 68.000 euros mensuels selon l’expérience
  • Responsable recrutement confirmé jusqu’à 93.000 euros annuels
  • Chargé de formation jusqu’à 83.000 euros pour un profil confirmé
  • Gestionnaire paie : de 30.000 à 73.000 euros annuels, Responsable paie jusqu’à 93.000 euros
  • Manager RH jusqu’à 93.000 euros
  • DRH jusqu’à 134.000 euros annuels.

Assistanat et secrétariat

Ce marché continue à recruter avec de plus en plus d’exigeance sur le profil des candidats.

Ceux-ci doivent faire preuve de bonnes capacités d’analyse et être en capacité de gérer des projets de plus en plus complexes.

Les profils multilingues avec de bonnes compétences techniques métiers et informatiques sont retenus. Le candidat a d’autant plus de chances d’être recruté, s’il justifie d’une expertise dans le secteur d’activité concerné.

Le candidat devra également partager les valeurs de l’entreprise et montrer un savoir-être en adéquation.

Les perspectives de rémunération sont bonnes, à la hauteur des compétences requises. Les bons profils sont recherchés et forcément valorisés en terme de rémunération. Les profils multilingues bénéficient d’une rémunération plus importante de 2.000 euros environ.

Les fourchettes de salaire s’établissent de 32.0000 euros à 60.000 euros selon le profil et les compétences.

  • Assistant de direction : profil multilingue de 33.000 euros annuels à 60.000 euros
  • Assistant de bureau : de 32.000 à 54.000 euros pour un profil multilingue
  • Assistant spécialisé : de 32.000 à 45.000 euros pour un assistant commercial, et jusqu’à 54.000 euros pour un assistant juridique.
  • Fonctions supports type réceptionniste ou assistant administratif :  de 32.000 à 42.000 euros

Secteur commercial, marketing et communication

Dans le domaine commercial, les entreprises recherchent avant tout des profils multilingues, surtout germanophones. L’Allemagne est un des principaux pays d’échanges avec le Luxembourg. Les profils recherchés doivent être à même d’échanger avec la population locale.

La mobilité et les connaissances techniques, surtout IT, sont valorisées.

De plus le canal digital prenant le dessus suite au contexte pandémique, les compétences en la matière sont forcément valorisées.

Si les rémunérations étaient historiquement basées sur un salaire variable, les salariés tentent aujourd’hui de diminuer cette part dans leur salaire et de privilégier la part fixe. Dans 3 cas sur 4, un véhicule de fonction est octroyé.

Les fourchettes de salaires sont de 26.000 euros à 150.000 euros selon les profils, l’expérience et le secteur d’activité.

Industrie

  • conseiller clientèle sédentaire : de 34.000 euros à 49.000 euros
  • chargé marketing débutant : 36.000 euros annuels
  • responsable marketing : jusqu’à 75.000 euros
  • ingénieur commercial : à partir de 45.000 euros par an à 90.000 euros pour un ingénieur technico-commercial.
  • directeur des ventes jusqu’à 130.000 euros.

Bâtiment

  • commercial sédentaire : entre 34.000 et 50.000 euros selon son niveau d’expérience
  • technico-commercial itinérant : entre 35 et 65.000 euros s’il est expérimenté
  • directeur commercial jusque 125.000 euros s’il est expérimenté.

Secteur informatique IT

  • gestionnaire de compte : à partir de 36.000 euros
  • directeur des ventes : jusqu’à 150.000 euros

Secteur automobile

  • commercial débutant : à partir de 33.000 euros annuels
  • responsable de flotte automobile : jusqu’à 82.000 euros

Mode et luxe

  •  vendeur débutant : à partir de 26.000 euros jusqu’à 44.000 euros annuels après 8 ans d’expérience,
  • directeur régional des ventes : jusqu’à 64.000 euros.

Supply chain, achats et logistique

Que ce soit pour les transports routiers, fluviaux ou aériens, le Luxembourg est aujourd’hui reconnu comme le centre logistique européen.

Cargolux est une référence dans le domaine du transport cargo aérien. Le centre ferroviaire multi-modal de Bettembourg a pris toute sa place sur le marché.

Les profils recherchés sont des profils analytiques afin d’améliorer encore les processus.

Si les salaires restent stables dans ce domaine, les profils multilingues (français, allemand et anglais) et techniques ont clairement une place à se faire dans un marché international. L’expérience terrain est valorisée.

 Les salaires dans la logistique et le supply chain varient de 36.000 à 140.000 euros annuels

Domaine des achats

  • acheteur projet : entre 36 et 80.000 euros annuels
  • responsable des achats : de 52.000 à 95.000 euros
  • directeur des achats : de 82 à 140.000 euros annuels.

Supply chain, logistique et transports

  • agent de transit : entre 30 et 50.000 euros annuels
  • responsable d’exploitation : entre 39 et 55.000 euros
  • responsable supply chain : jusqu’à 110.000 euros annuels, voire 130.000 euros dans l’industrie.

Juridique

De par sa situation centrale au coeur de l’Europe et de sa situation économique, le Luxembourg attire les entreprises du secteur juridique.

Aujourd’hui de nouveaux cabinets d’avocats apparaissent sur le marché. Ils recherchent des profils capables de gérer les relations internationales et les liens avec la Commission de Surveillance du Secteur Financier.

Les salaires du juridique varient entre 35.000 à 150.000 euros et plus selon le profil

Cabinets juridiques

  • jusriste : rémunération de 35 à 85.000 euros p
  • associé senior : jusque 110.000 euros
  • partner de 120 à 160.000 euros.

Cabinets fiduciaires

  • secrétaire : rémunération de 40 à 80.000 euros
  • tax manager : 110.000 euros
  • head of tax : 150.000 euros 

Pour favoriser votre prochain recrutement

Nos conseils pour trouver rapidement un emploi

Recherche d’emploi, comment trouver un travail ?

Quelques repères supplémentaires en matière de rémunération

Les salaires au Luxembourg