Histoire du Luxembourg, capitale de l’Union européenne

Devise du grand-Duché de Luxembourg Mir wolle bleiwe wat mir sinn

Malgré sa taille modeste, le Luxembourg été pendant des siècles, l’enjeu de guerres de succession et de conflits européens. De son humble origine, le Luxembourg est devenu au travers d’une histoire riche et fascinante, un pays prospère et stable. Il joue aujourd’hui un rôle central en Europe.

Des origines vers les annexions et l’indépendance du Luxembourg

Devise du grand-Duché de Luxembourg Mir wolle bleiwe wat mir sinn

Mir wölle bleiwen wat mir sin – Nous voulons rester ce que nous sommes

Devise du Grand-Duché de Luxembourg

La devise du Luxembourg témoigne de sa volonté de conserver son indépendance vis-à-vis des pays l’ayant annexé. Le pays affiche sa volonté de conserver son identité nationale. Celle-ci est régulièrement mise à l’honneur dans les différentes manifestations traditionnelles.

La fondation du Luxembourg : de la forteresse à la dynastie

Les origines du Luxembourg remontent au début du Moyen Âge. Une petite fortification, Lucilinburhuc fut construite au sommet d’un promontoire rocheux, le rocher du Bock. Acquis par le comte Sigefroi en 963, le petit fortin donna naissance au Comté de Luxembourg.

Plusieurs maisons comtales se sont alors succédées, oeuvrant pour le développement du Comté de Luxembourg. Au fil des années, celui-ci acquiert de plus en plus d’importance et de plus en plus de pouvoir politique.

Sous le règne de la Maison de Luxembourg, le comté étend son influence territoriale et gagne en importance. En 1308, le Comte Henri VII devient roi. Puis en 1312, il est couronnée empereur du Saint Empire romain. Son fils Jean-dit-l’Aveugle, à l’origine de la Schueberfouer, devient Roi de Bohème.

En 1354, son descendant Charles IV élève le Comté de Luxembourg au rang de Duché. Grâce à de nombreux rassemblements territoriaux, le Luxembourg occupe alors un vaste territoire étendu entre la Meuse et la Moselle. C’est en 1364, que le Luxembourg atteint une superficie de plus de 10.000 kilomètres carrés. Le territoire luxembourgeois est à son apogée.

Le territoire luxembourgeois, enjeu d’une histoire mouvementée en Europe

De par sa situation stratégique, entre la France, l’Allemagne et la Belgique, le Luxembourg devient un objet de convoitise pour les puissances rivales. Le territoire change de mains à de multiples reprises. Des Bourguignons aux Habsbourg, en passant par les Espagnols et les Français, le sort du Luxembourg a souvent été décidé au gré des alliances politiques et des conflits militaires.

Annexion du Luxembourg par les Bourguignons et principauté hollandaise

Faute d’héritier mâle, le Duché de Luxembourg passe aux mains des Bourguignons en 1443. Il est annexé par le Duc de Bourgogne, Philippe le Bon. Le français devient la langue administrative principale. Le Luxembourg appartient alors aux Pays-Bas, en tant que principauté relativement autonome. Son destin sera lié à ce royaume.

La Ville de Luxembourg, Gibraltar du Nord

Par la suite, du fait des mariages royaux, le Luxembourg passe aux mains des Habsbourg d’Espagne en 1555. De par sa situation stratégique, le Luxembourg est alors entrainé dans de nombreuses guerres entre la France et l’Espagne. C’est à ce moment que la ville de Luxembourg se transforme en forteresse réputée. Elle devient “la Gibraltar du Nord”.

Cession du Luxembourg à la France et fortifications Vauban

Le Traité des Pyrénées en 1659 cède le sud du Luxembourg à la France. La ville de Thionville devient française. Plus tard, les troupes de Louis XIV assiègent la ville de Luxembourg. Celle-ci passe également à la France en 1684. C’est à ce moment là que sont édifiées les fameuses fortifications Vauban.

Retour du Luxembourg à l’Espagne et annexion par l’Autriche

Durant l’année 1697, le Luxembourg repasse à L’Espagne. Les Habsbourg récupèrent le duché par le Traité de Ryswick mettant fin aux désirs d’expansion français. La Guerre de Succession espagnole transmet le Luxembourg à l’Autriche en 1715.

Pacification du Luxembourg au 18ème siècle

La période autrichienne marque enfin une période pacifique pour le Luxembourg. De nombreuses avancées sociales et économiques comme la liberté de culte ou l’égalité fiscale posent les bases du Luxembourg actuel.

Le Luxembourg, département des Forêts pour la France

Mais suite au blocus des troupes de la Révolution en 1795, la forteresse repasse à nouveau à la France. Le Luxembourg devient Département des Forêts sous le règne de Napoléon.

La Guerre des Gourdins, “Klëppelkrich”, contre le service militaire généralisé a lieu en 1798. Le code Napoléon est introduit en 1804. C’est la base du code civil luxembourgeois.

La chute de l’empire de Napoléon entraine un nouveau découpage de l’Europe.

Du Congrès de Vienne vers l’indépendance du Luxembourg

Luxembourg, un territoire neutre

Après les années tumultueuses de la Révolution française et des guerres napoléoniennes, le Luxembourg se retrouve en 1815 au centre des négociations du Congrès de Vienne. Au 19ème siècle, les grandes puissances européennes sont en quête de stabilité. Le Luxembourg devient un territoire neutre et indépendant sous le règne de la Maison d’Orange-Nassau. Guillaume 1er d’Orange-Nassau, roi des Pays-Bas, récupère le nouvel état à titre personnel.

Une partie des territoires luxembourgeois sont attribués à la Prusse. Celle-ci place une garnison prussienne dans la ville de Luxembourg .

Avec le Traité de Londres en 1839, le Luxembourg acquiert son indépendance et sa forme actuelle. Une partie du Luxembourg est donnée à la Belgique (la province du Luxembourg belge) suite à la Révolution Belge.

Le Luxembourg se dote d’une Constitution en 1848. 

Avec le nouveau Traité de Londres en 1867, le Luxembourg acquiert le statut d’un Etat perpétuellement neutre et indépendant. La forteresse est démantelée. Les garnisons prussiennes quittent le territoire.

Le Luxembourg est une monarchie parlementaire, avec à sa tête un chef d’Etat en la personne du Grand-Duc.

Histoire du Luxembourg moderne

Industrialisation et prospérité du Luxembourg au 20ème siècle

Le statut de neutralité du Luxembourg, associé au développement rapide de son industrie sidérurgique, a contribué à sa croissance économique et à sa prospérité.

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, le Luxembourg connait lui aussi une révolution industrielle avec le développement de la sidérurgie. Les paysages se transforment, dans le sud du pays dans la région du Minett, mais aussi dans la capitale.

Des travailleurs italiens et portugais commencent à affluer dans le pays. C’est le début d’une société multiculturelle. Le pays s’urbanise. Cette période jette les bases du Luxembourg moderne.

Les guerres mondiales et l’occupation allemande du Luxembourg

Les deux guerres mondiales font payer un lourd tribut au Luxembourg. Encore une fois, sa position stratégique en fait une cible pour les forces d’invasion. L’occupation nazie de la Seconde Guerre mondiale entraine des souffrances humaines et des pertes considérables. Cependant, le peuple luxembourgeois fait preuve de résilience et retrouve sa détermination une fois la guerre achevée.

 L’intégration européenne, le chemin vers la prospérité du Luxembourg

Dès l’après-guerre, le Luxembourg s’est engagé dans la voie de la diversification économique et de l’intégration européenne. Après le Bénélux en 1944, le Luxembourg devient membre fondateur de l’Union européenne aux côtés de la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas. Il joue un rôle de premier plan dans l’élaboration de l’Europe et accueille plusieurs institutions clés européennes.

Aujourd’hui, le pays est un exemple éclatant d’intégration. Sa capitale Luxembourg est un centre financier mondial.

L’histoire du Luxembourg témoigne de la résilience et de l’esprit entreprenant de son peuple. Le pays démontre une grande capacité d’adaptation. Son pragmatisme l’aide à propsérer dans un monde changeant.

La légende de Mélusine au Luxembourg

Mélusine était l’épouse du Compte de Sigefroi, fondateur de la Ville de Luxembourg.

La légende raconte que c’est au cours d’une chasse à l’ours,parmi les ruines d’un vieux château, que le Comte Sigefroi se laisse séduire par la voix d’une belle jeune fille. Tombé amoureux, il proposa à Mélusine de l’épouser. Celle-ci accepta, à condition de ne jamais quitter les lieux. Elle lui fait également promettre qu’il ne l’épiera jamais quand elle voudra être seule.

Le Comte Sigefroi et son épouse s’installèrent dans ce vieux château. Ils y vécurent très heureux. Mais un jour, curieux de voir ce que faisait son épouse lorsqu’elle s’isolait, le Comte Sigefroi l’épia à travers le trou de la serrure. Il l’aperçut alors allongée dans son bain, peignant ses longs cheveux. Mais au lieu de jambes, elle avait une grande queue de poisson.

Trahie, Mélusine disparut à jamais dans les flots de l’Alzette.

La légende raconte que Mélusine réapparait tous les 7 ans, sous forme de serpent. Elle attend que quelqu’un la libère de son sort. Pour cela, il faudra prendre une clé dans sa bouche et la jeter dans l’Alzette.

En attendant sa délivrance, elle coud une chemise, rajoutant un point tous les 7 ans. Quand la chemise sera finie, Mélusine sera libérée de son sort. Mais en contrepartie, tous les habitants de Luxembourg disparaitront avec elle.

On peut voir la statue de Mélusine au bord de l’Alzette, à l’endroit même où elle aurait disparu dans ses flots. 

La dynastie des Nassau-Weilburg sur le trône du Luxembourg

Les débuts du Grand-Duché de Luxembourg

Le Luxembourg est le seul Grand-Duché au monde. C’est suite à l’effondrement du régime Napoléonien que le Luxembourg est rattaché aux Pays-Bas lors du Congrès de Vienne en 1815, en tant qu’état indépendant. Il acquiert alors son titre de Grand-Duché avec à sa tête Guillaume 1er d’Orange Nassau.

Ses descendants Guillaume II et Guillaume III poursuivent cette lignée et régissent le Grand-Duché de Luxembourg.

C’est en 1890, que le Luxembourg obtient sa propre dynastie à la mort de Guillaume III, avec l’avènement sur le trône du Grand-Duc Adolphe de Nassau-Weilburg.

Guillaume IV son fils lui succède. Sa petite-fille, la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde, accède au pouvoir en 1912. Elle a alors 17 ans. Son attitude pendant l’invasion des troupes allemandes durant la 1ère Guerre Mondiale est violemment critiquée. Elle abdique à la fin de la guerre en 1919.

Grande-Duchesse Charlotte, figure emblématique du Luxembourg

La Grande-Duchesse Charlotte monte alors sur le trône. Sous son règne, le pays est à nouveau envahi par les troupes allemandes lors de la Seconde Guerre Mondiale. Ne souhaitant pas se soumettre, la Grande-Duchesse et son gouvernement partent en exil à Londres. Le Luxembourg est libérée en juin 1944 par les troupes américaines. La Grande-Duchesse Charlotte abdique en 1964. Elle est très aimée des luxembourgeois.

Le Grand-Duc Jean succède à sa mère en 1964. Le Grand-Duc Jean abdique en octobre 2000. Il décède en avril 2019. 

Grand-Duc Henri, Grand-Duc actuel du Luxembourg

Son Altesse Royale, le Grand-Duc Henri succède à son père le Grand-Duc Jean en 2000. Il occupe toujours le trône avec son épouse, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse Maria-Teresa, originaire de Cuba. Ils ont cinq enfants.

Le Grand-Duc Héritier est le Prince Guillaume, leur fils ainé. Il est accompagné de son épouse la Grande-Duchesse Héritière, la Princesse Stéphanie, d’origine belge. Ils ont deux enfants.

Lors de la Fête Nationale 2024 et de son discours à la Philharmonie, le Grand-Duc Henri a annoncé sa volonté de passer la lieutenance à son fils le Grand-Duc hériter à compter d’octobre 2024. La succession au trône devient ainsi plus concrète puisque le Prince Guillaume hérite ainsi de plusieurs prérogatives.

En savoir plus sur le système politique au Luxembourg.

Luxembourg et sa place dans l’Union Européenne

Luxembourg, membre fondateur de l’Union Européenne

Le Luxembourg est l’un des 6 membres fondateurs de l’Union européenne. Certains de ses citoyens en sont d’illustres figures.

Robert Schuman est l’un des « pères fondateurs » de l’Europe. Né à Luxembourg en 1886, luxembourgeois d’origine par sa mère, il notamment participé à la création de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) en 1951.

En 1952, la ville de Luxembourg a été le premier lieu de travail des institutions communautaires.

En 1957, la création de la Communauté Economique Européenne par Jean Monnet marque un pas supplémentaire vers une organisation supranationale européenne.

Fondée par l’Allemagne, la France, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas et l’Italie, la CEE est peu à peu élargie à d’autres pays. L’Union Européenne compte aujourd’hui 27 pays.

Luxembourg, capitale de l’Europe et des institutions européennes

La capitale luxembourgeoise, Luxembourg, accède au titre de capitale européenne en 1986. Elle partage ce titre avec Bruxelles (Belgique) et Strasbourg (France) suite à la fusion des institutions européennes.

La ville de Luxembourg abrite aujourd’hui les sièges de plusieurs institutions et organes européens. De nombreux fonctionnaires européens y travaillent. On y retrouve :

  • la Cour de justice,
  • la Cour des Comptes,
  • la Banque européenne d’investissement,
  • le Fond européen d’investissement
  • plusieurs services de la Commission européenne.

On parle d’ailleurs du quartier européen dans le secteur du Kirchberg.

Nos événements Généralités


Nos derniers articles Généralités


Que savoir avant de s'installer au Luxembourg ?

Vous envisagez de vous installer en tant qu’expat au Luxembourg ? Retrouvez ici tous nos conseils pour prendre votre décision...

Le Luxembourg, avis d'expatriés

A l’heure où certains se posent la question d’une éventuelle expatriation au Luxembourg, remettons en avant Expat Insider qui étudie...

Congés et vacances scolaires Luxembourg

A l’approche des prochaines vacances d’été, ne perdez pas de vue les dates des prochains congés au Luxembourg. En voie...

Ils nous font confiance

AXA assurances Luxembourg
Raiffeisen Luxembourg
Enfant roi