• Français
  • Anglais
Sélectionner une page

Remboursements des soins de santé : qu’est ce qui change pour cette nouvelle année ?

Changements en 2019

A compter du 1er janvier 2019, la durée maximale d’indemnisation en cas d’arrêt de travail sera désormais de 78 semaines au lieu de 52. L’indemnité pécunière sera versée par la CNS à compter du 1er du mois suivant le 77ème jour d’incapacité de travail calculé sur une période de référence de 18 mois de calendrier successifs pour les salariés et 12 mois pour les non-salariés. On notera que le mi-temps thérapeutique est désormais aboli tel qu’on le connaissait précédemment. La Reprise Progressive du Travail pour Raisons thérapeutiques (RPTRT) est désormais soumise à la certification du médecin quant à son effet bénéfique pour le salarié qui doit être en incapacité de travail depuis un mois minimum au cours des 3 derniers mois.  La reprise progressive sera assujettie à l’accord de l’employeur et de la CNS sur avis du contrôle médical de la sécurité sociale.

Changements en 2018

En 2018, les assurés de la CNS luxembourgeoise verront les soins de santé mieux remboursés par leur caisse maladie. Si les dates précises des changements effectifs dans les remboursements des soins de santé ne sont pas encore connues, on sait d’ores et déjà que en 2018, les enfants bénéficieront désormais de remboursement à 100 % au lieu de 88% sur les actes et services d’orthophonie, de psychomotricité, ainsi que les soins infirmiers et/ou administrés par les médecins. Pour ce qui est des soins de drainage lymphatique, là aussi du changement : les séances prescrites par ordonnance sont augmentées de 8 à 24 séances, alors que les bas de contention pourront être désormais achetés par 2 paires tous les 12 mois au lieu d’une paire tous les 6 mois. Quant aux prothèses conjointes, elles pourront être renouvelées tous les 12 ans au lieu de 15. Par ailleurs, les conventions et nomenclatures des autres professions libérales comme les diététiciens, podologues, sages-femmes et psychothérapeutes seront révisées. De même les ostéopathes verront désormais leur profession réglementée et devront désormais obtenir une autorisation d’exercer de la part du Ministère de la Santé. L’étude de l’éventuel remboursement des soins sera à étudier ultérieurement par la CNS. Plus d’informations sur les remboursements des soins de santé En savoir plus sur les caisses de maladie.