Taxation residents et frontaliers Luxembourg
Le Luxembourg est réputé pour son taux d’imposition plus attractif comparativement à celui des pays limitrophes. Qu’en est-il en fonction de son statut de résident ou de non-résident, et si l’on est frontalier ?

Comment est-on taxé au Luxembourg ?

La suite sur Relodesk

Classes d’impôts

Trois classes d’impôts sont définies en fonction de différents critères relevant de la situation matrimoniale (célibataire, marié, divorcé, veuf….), du statut parental (enfants à charge ou non) et du seuil de l’âge de 64 ans. Plus de détails ici.

Ces classes d’imposition sont notées 2, 1a et 1, sachant que 2 est la classe la plus avantageuse.

Ensuite, en fonction du montant du revenu et de la classe associée, le calcul de l’impôt est réalisé sur la base de la déclaration d’impôts à remplir par chaque résident.

L’impôt sur le revenu au Luxembourg est prélevé à la source que ce soit pour les salariés ou les pensionnés sur la base d’une fiche de retenue d’impôt fournie par le salarié à son employeur.

Pour connaitre les salaires moyens au Luxembourg, cliquez ici.

 Taxation des résidents versus non-résidents et frontaliers

Dans un premier temps, il convient de distinguer les résidents des non-résidents.

  • Les résidents sont des personnes ayant leur domicile fiscal au Luxembourg, en d’autres termes, leur résidence principale. Dans certains cas, les résidents peuvent devoir être soumis à une double imposition avec leur pays d’origine. Souvent, une convention bilatérale régit les conditions d’applications de cette double imposition. Il est fortement conseillé de se rapprocher d’un expert fiscal afin d’optimiser son imposition lors de sa déclaration d’impôt.
  • Les non-résidents sont assimilés dans la grande majorité des cas aux frontaliers. Le paiement de l’impôt est du à la source, c’est-à-dire, qu’il est retenu sur le salaire et payé in fine par l’employeur. A la fin de l’année, une déclaration est réalisée par le contribuable, des corrections peuvent être réalisées donnant lieu à des compléments de versement ou des rétrocessions en fonction des autres sources d’impôts ou de déductions fiscales (assurances notamment). A ce titre, dans la cas d’un ménage frontalier où l’un des deux conjoints travaille au Luxembourg et que son revenu représente plus de 50 % du montant total du revenu du ménage, la classe 2 est appliquée jusque fin 2017. Attention toutefois, la réforme fiscale applicable à partir du 1er janvier 2018 fera basculer cette situation en classe 1.

Il est clair que si l’imposition sur le revenu au Luxembourg est assez explicite et que la stabilité fiscale luxembourgeoise est réputée, il est fortement recommandé de recourir à un expert fiscal pour mieux optimiser le paiement de ses impôts.
Ceci s’avère généralement un très bon investissement,  notamment dans le cadre des nouvelles mesures qui pourraient s’appliquer selon sa situation, ou dans le cadre de changement de situation familiale.

RSS
Facebook
Twitter
Google+
LINKEDIN