Fermer Publicité

Portrait d’expat : Anna Radishevskaia

Just Arrived s’intéresse depuis toujours aux portraits des expatriés d’exception présents sur le territoire luxembourgeois.

Aujourd’hui, c’est sur la Russie que nous nous sommes penchés en interviewant une des plus influentes femmes russes expatriées au Luxembourg : Anna Radishevskaia ! 


Portrait

Venue au Luxembourg en 1992 suite à la crise de l'économie russe, elle a été mutée de sa place de chef de bureau auprès du Ministère russe des services sociaux à Moscou pour donner des cours intensifs de langue russe au Parlement Européen au Luxembourg. Elle a ensuite enseigné le russe au sein des autres institutions de la Communauté Européenne présentes au pays et auprès des écoles de langues. Ensuite, elle a occupé un poste dans la Banque suisse au Luxembourg pendant 2 ans tout en continuant d’enseigner le russe en parallèle. En 1996 un des ses élèves lui a indiqué que East West cherchait une secrétaire de direction. Depuis elle a fait un beau parcours au sein du secteur bancaire. Aujourd’hui elle occupe le poste de Chef du département de Marketing et Communication avec une équipe de 5  personnes à gérer. Par ailleurs, Anna est la fondatrice et la directrice de l’école russe Kalinka.

Interview

1. Pourriez-vous nous donner 3 adjectifs pour décrire votre vie au Luxembourg?
Très active, engagée et heureuse.

2. Est-ce que quelque-chose vous a surprise lors de votre arrivée dans le pays ?
Les transports en commun, notamment les bus avec le chauffage et air conditionné. Et leur ponctualité. Du rêve pour moi en venant de Moscou. En effet, à l’époque en Russie tu pouvais attendre dans le froid longtemps sans avoir la moindre idée de quand le bus arriverait.  Une autre chose qui m’a étonnée sont les petits villages luxembourgeois qui sont très soignés. Ceux-ci m'ont  vraiment semblé être des agglomérations de luxe par rapport aux villages en Russie.

3. Pouvez-vous nous citer une chose qui vous manquerait, si vous deviez quitter le pays demain ?
Ca dépend où je partirai mais j’aime beaucoup la taille du pays. Dans les grandes villes, les distances impliquent du temps perdu dans les transports. Ici tout est accessible à pied. En faisant tout à pied je gagne énormément en qualité de vie. Par ailleurs, je trouve aussi très agréable la facilité des démarches administratives et l’accessibilité des gens qui occupent des postes de pouvoir.

 4. Quel est votre endroit favori au Luxembourg ? Pourquoi cette place ?
La ville de Luxembourg en général et particulièrement le quartier de Belair, oú j’habite. J’adore également me promener dans la Pétrusse. J'y respire la nature et l’histoire en même temps.

 5. Quelle est votre adresse secrète au Luxembourg ?
J'’adore aller chez la Bergamote.

 6. Où pouvez-vous vous trouver à l'heure de manger ?
Je vais presque tous les jours dans la résidence à la rue de la Semois pour manger avec ma maman qui loge là-bas.

 7. Parlons un peu nourriture... Avez-vous changé votre façon de cuisiner depuis votre arrivée ici ?
J’ai complètement changé mes habitudes alimentaires ! A’ l’époque soviétique, en Russie, il fallait être très créatif pour cuisiner des repas corrects avec les très peu d’ingrédients que l’on avait à disposition. La variété de produits que j’ai trouvé en arrivant ici m’a ouvert un nouvel univers alimentaire. 

Portrait chinois

 1. Si vous étiez un business au Luxembourg, que seriez-vous ?
J’aurais ouvert une école de danses de salon.

2. SI vous étiez un livre, de quel genre seriez-vous ? 
Un roman historique.

3. Si vous étiez une saison, laquelle seriez-vous ?
Le printemps !

 4. Si vous étiez une épice, vous seriez... ?
La cannelle.

 5. Si vous étiez une chaussure ... ?
Des chaussures  à très haut talons.

 Vous aimerez aussi : portrait d'expat : la brésilienne Pieca Levy 

Chargement...