Fermer Publicité

Portrait d'expat : la brésilienne Pieca Levy

Pour cette nouvelle édition de sa rubrique "portrait d'expat", Just Arrived vous propose de rencontrer Pieca Levy. Expatriée brésilienne à la vie aussi trépidante qu'animée, Pieca est - entre autre - l'organisatrice du Festival du Film Brésilien au Luxembourg.

Pétillante et pro-active, elle a accepté de répondre à nos questions.

 


Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?
Ma famille, qui a des origines juives et marocaines, a émigré vers le nord du Brésil au début du 20ème siècle. Je suis née et j’ai grandi à Belém, dans le nord du Brésil. Après avoir obtenu mon diplôme, je me suis rendue à Sao Paulo pour travailler en tant que nutritionniste. Plus tard, j’ai également été au Japon pour réaliser des recherches scientifiques au sujet de la durée de vie et des défenses immunitaires. En 1983, ma vie a pris un autre tournant lorsque j’ai rencontré mon mari, d’origine belge. Quelques années plus tard, en 1988, un autre gros changement est survenu puisque j’ai quitté mon pays natal et mon travail pour le suivre au Luxembourg. Après une autre longue expatriation à New York, nous sommes revenus définitivement dans le Benelux en 1995, où je vis depuis avec mes 3 enfants. 

Pieca, vous êtes l’initiatrice et la manager du plus en plus populaire Festival du Film Brésilien au Luxembourg. Comment et pourquoi avez-vous pris cette initiative en 2011?
L’aventure a commencé lors d' une discussion avec des amis qui étaient organisateurs de Festivals du Film Brésilien partout dans le monde. J’ai voulu, moi-aussi, montrer une autre facette, engagée intellectuellement, du Brésil pour contrer l’image stéréotypée que les gens ont du pays (vous savez : les jolies femmes qui portent des strings, le foot, et la caipirinia). Le Festival du Film a commencé très modestement, puis a grandi au fil des ans. La première année, nous n’avions que 4 films alors que lors de l’édition dernière, en 2015, nous avons eu 11 films, 5 venues et ce, dans trois villes du Luxembourg. Cette année, le festival a reçu un accueil vraiment chaleureux. A chaque session de projection, j’ai obtenu bien plus de monde que je ne l’espérais ! Je suis déjà en train de travailler pour l’édition 2016 avec le curateur du festival. D'ailleurs, si quelqu’un est intéressé pour nous apporter son soutien, il peut sans problème me contacter à : pieca.levy@festivaldufilmbresilien.lu.

Pieca et le Luxembourg

Pouvez-vous me donner trois adjectifs pour décrire votre  vie, ici au Luxembourg ?
Variée, très occupée, et riche en animation culturelle !

Parlez-nous d’une chose qui vous a étonnée lorsque vous êtes arrivée au Luxembourg ?
La nature. J’ai été très surprise de voir à quel point le pays était verdoyant !
Lorsque je suis arrivée en 1988, j’ai aussi été étonnée de voir que pendant le temps de midi, les supermarchés et magasins étaient souvent fermés. Ce n’est pas le cas partout, bien sûr…

Citez-nous une chose qui vous manquerait au Luxembourg, si vous étiez amenée à retourner dans votre pays ?
L’environnement multiculturel !

Votre place favorite à Luxembourg ?
L’Abbaye de Neumünster, pour son pouvoir historique !

Votre quartier préféré à Luxembourg ?
Merl et ses différents parcs.

Parlez-nous nourriture, est-ce que vos habitudes culinaires ont changé depuis votre arrivée à Luxembourg ? 
Mon metier concerne directement la nourriture. Je fais attention à mon alimentation.
Ma vie ici m’a démontré plusieurs façon de cuisiner. Je suis une grande fan des galettes de pommes de terre (les fameuses Gromperekichelcher) !

Où pouvez-nous vous trouver pour le déjeuner ?
La table de Julie ou Oberweis. J’adore aussi la cuisine indienne et japonaise !

Pouvez-vous me donner un mot brésilien ou une expression impossible à traduire dans d’autres langues ?
Saudade !  Il s’agit d’un mot exprimant un mélange complexe entre la peine et la joie.
( vous pouvez télécharger le texte original de Pieca sur la "saudade" plus en bas )

Y a-t-il quelque-chose qui vous manque, ici ?
La météo, ma famille et ma mère. Elle a actuellement 102 ans, travaille depuis qu’elle en a 7 et est encore en très bonne santé !

Portrait chinois de Pieca 

Si vous êtiez un pouvoir ?
Un éclair.

Si vous êtiez un style de bouquin ?
Une histoire romantique.

Si vous êtiez une saison ?
L’automne.

Si vous êtiez une épice/un aromate ?
La coriandre.

 Si vous êtiez une paire de chaussures ?
Des hauts talons.

Interview recueillie par Camilla

Vous aimerez aussi > Portrait d'expat : l'artiste française Sophia Rein

Chargement...