Fermer Publicité

Portrait d'Ambassadeur : Claudia d'Autriche

1. Claudia, comment avez-vous décidé d’emménager au Luxembourg ?

J’ai déménagé au Luxembourg à cause de mon compagnon luxembourgeois. Nous nous sommes connus en Autriche. Il a étudié là-bas, comme beaucoup de Luxembourgeois, et j’étais rentrée pour voir ma famille car à cette époque je vivais à Berlin. Mon compagnon a toujours voulu revenir vivre au Luxembourg car il adore l’atmosphère internationale qui y règne et les différentes opportunités qu’on peut y avoir.

2. Comment vous êtes-vous préparée à déménager au Luxembourg ? Auriez-vous dû faire quelque-chose différemment ?

Bien avant que j’emménage enfin au Luxembourg, j’y suis souvent allée pour faire du tourisme. Quand nous y étions avec mon compagnon, il m’a amenée à de magnifiques endroits comme Vianden, et comme un de ses amis connaissait énormément de choses à propos de l’histoire du Luxembourg, il m’a fait faire un tour privé à travers les Casemates et le centre-ville. Ce que j’aurais pu faire différemment est peut-être d’améliorer mon français avant d’arriver. C’est vraiment important ici de connaître le français, bien que presque tout le monde parle aussi l’allemand.

3. Votre compagnon est originaire du Luxembourg et il a décidé d’acheter un appartement. Quelles recommandations pourriez-vous partager en termes de logement et des endroits où vivre à Luxembourg ?

Je suppose que cela dépend de votre caractère, et certainement de votre situation familiale. Je voulais vivre en ville parce que j’avais envie d’être proche de beaucoup d’événements et être au coeur de l’animation, et que je n’aime pas conduire. Les correspondances de trains au Luxembourg sont bien élaborées et peu chères, donc je peux aussi imaginer de bouger vers une ville plus petite comme Diekirch, où il est plus facile de trouver une maison avec un jardin.  Quand nous regardions pour un appartement à louer ou à acheter, nous cherchions principalement sur athome.lu, où nous pouvons trouver presque toutes les offres immobilières. Ce qui peut aussi être pratique est de prévenir autant de personnes que possible que vous recherchez un logement. En Autriche, cela crée beaucoup de contacts.

4. Avez-vous apporté des documents spéciaux avec vous ?

Non, mais mon compagnon et moi avons décidé pour plusieurs raisons de nous pacser. Avec le PACS, par exemple, je suis assurée pour mes soins de santé via mon compagnon. Le PACS ne demande pas beaucoup de démarches administratives. Vous prenez juste un rendez-vous à la commune, ils vous  informent de quels papiers remplir, ensuite vous y allez avec votre partenaire et signez.  Faites cependant attention, à la fin de l’année, cela peut prendre plusieurs semaines pour avoir un rendez-vous car beaucoup de couples décident de se pascser en fin d’année : cela leur fait économiser des taxes pour l’année d’après.

5. Y a-t-il quelque-chose que vous avez dû faire en Autriche pour les autorités luxembourgeoises ?

Oui, j’ai dû me désinscrire de l’assurance sociale autrichienne pour avoir un enfant au Luxembourg. Comme j’étais en congé maternité, c’était un peu plus compliqué car je venais tout juste de quitter mon emploi. Si vous quittez votre emploi dans le but de venir au Luxembourg (sans en avoir un là-bas), soyez certaines d’être enregistrée au Arbeitsmarktservice autrichien. Car dans votre cas, vous serez transférée à l’ADEM et vous bénéficierez des avantages du chômage au Luxembourg.

6. Comment avez-vous choisi la crèche dans laquelle vous avez inscrit votre fille ?

Nous voulions envoyer notre fille dans une crèche publique parce que nous voulions aussi qu’elle apprenne le luxembourgeois et que nous parlons seulement anglais et allemand à la maison. Donc, nous avons inscrit nos noms sur la liste d’attente et visité plusieurs établissements. Nous avons été très chanceux d’avoir une place à la Crèche Municipale qui est seulement à une minute à pied de notre appartement, et notre fille y est très heureuse. Ils ont un très grand jardin, l’équipe est vraiment très bien et je peux m’identifier dans les principes qu’ils suivent.  Si vous voulez inscrire votre enfant dans une crèche publique, vous aurez droit à des ”chèques-services”. L’information à ce propos peut être obtenue dans votre commune de résidence ou sur le site de la Ville de Luxembourg. 

7. Que penseriez-vous d’un moyen de permettre aux gens de se rencontrer, et de faire des activités ensemble dans le but de les intégrer dans la société luxembourgeoise ?

Les amis de mon compagnon luxembourgeois ont été très accueillants. J’ai également été dans un groupe de conversation en langue luxembourgeoise une fois, durant un week-end, et j’ai suivi différents cours de sport faisant partie du programme “Sports pour tous”. Il y a énormément de personnes originaires des 4 coins du monde au Luxembourg, donc vous pouvez facilement créer du lien si vous êtes ouvert d’esprit  et pas trop timide au moment de débuter une conversation. 

8. Vous êtes ici depuis 3 mois maintenant, quelles sont vos impressions générales ?

Que mon copain était le bon. Que le Luxembourg est un endroit très international. Par exemple, l’ambiance présente au Festival des Migrations qui prend place chaque printemps était excellente ! Toutes sortes de nourriture, musiques exotiques, et plein de communautés différentes provenant de différents pays : je n’aurais jamais espéré voir ça dans un si petit pays ! Et ce que j’aime aussi, c’est que le Luxembourg est vraiment vert ! Ca ne prend que quelques minutes de se rendre à un endroit sans aucune voiture, où vous pouvez vous relaxer ou faire du sport, par exemple le Grund ou Bambësch sont parfaits pour ça !

9. D’autres recommandations qui pourraient être utiles aux nouveaux arrivants ?

Commencez assez tôt à vous organiser pour prendre des cours de langues. Par exemple, à l’Institut National des Langues, il n’est pas possible de commencer un cours en cours d’année, et vous devez vous y inscrire des longs mois à l’avance. Rejoignez plusieurs groupes Facebook comme ”the Luxembourg expats” or ”Luxmama Club”, la page Facebook de votre Ambassade (qui continuera à vous tenir informé au sujet de votre communauté) ou d’autres qui correspondent à vos intérêts. J’ai aussi apprécié le magazine ”City magazine”, qui paraît tous les trois mois en français et en anglais, il vous donne une première impression de la ville et de ce qu’il s’y passe.

Interview by Ninnie Ostman 
Ambassadrice suedoise  pour  le Club des ambassadeurs JUST ARRIVED

Chargement...